Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 15:39

Le mouvement des gilets jaunes porte des revendications profondes et légitimes. Passons rapidement sur les pourritures brunes ou noires qui tentent de s'y installer pour lancer une épidémie, ou sur les esprits dérangés qui tournent en boucle sur leur écran depuis des années et qui y voient l'occasion tant attendue d'exporter leur pathologie intime.

 

Ce mouvement avance comme une promesse de renouvellement complet de la vie politique française.

 

On entend souvent que cette vague de protestation n'a pas d'organisation, pas de structure. C'est faux. Le mouvement des Gilets Jaunes s'est entièrement organisé dans et à partir de Facebook. Rappel : Facebook n'est pas une bande de potes sympas (jeans, t-shirts etc.) et plutôt géniaux qui essaient de faire régner la paix et la concorde en bidouillant du code. Facebook est un conglomérat américain à but exclusivement lucratif, habile dans deux domaines : l'optimisation fiscale et le retraitement des données personnelles de ses membres.

 

Ce rappel étant fait il faut maintenant constater que c'est ce même Facebook qui contrôle aujourd'hui les données et donc l'avenir du mouvement des Gilets Jaunes. Cette compagnie donne depuis plusieurs mois l'image d'un poulet sans tête courant autour de ses millions (milliards) de membres. Pratiquement pas un mois ne passe sans qu'un scandale n'éclate : détournements de finalité (Cambridge Analytica), infractions à la loi etc. La dérive éthique est flagrante à tous les étages.

 

Ce même Facebook détient aujourd'hui les clés du mouvement des Gilets Jaunes : danger ! Les Gilets Jaunes sont installés sur les ronds-points mais aussi et surtout dans deux ressources omniprésentes dans la vie du mouvement : un algorithme et un entrepôt de données, tous deux entre les mains de Facebook. Cette situation met notre démocratie en danger.

 

Nous devons réagir.

 

Nous devons réagir AVANT qu'une nouvelle catastrophe se produise (nous savons maintenant que tout est possible avec Facebook, même le pire).

 

Comment ?

 

Tout d'abord en encourageant les actions de groupe qui se sont multipliées depuis l'entrée en vigueur du RGPD ("Règlement Général sur la Protection des Données") : exemple, autre exemple. Ces actions judiciaires portent la marque d'esprits visionnaires qui ont compris avant les autres les dangers de cette plateforme aussi obscure qu'efficace. Rejoignez-les ! (si vous êtes inscrits sur Facebook). Il n'est pas interdit d'espérer que, si elles sont fortes et massives, ces actions de groupe, avant même de passer l'épreuve des tribunaux, trouveront un écho en interne, en particulier chez les Français qui sont nombreux dans les profondeurs de la "Matrice".

 

Ensuite en portant dans le débat public le projet d'une Plate-forme de Construction Démocratique ("PCD"). Cette plateforme publique, développée par des citoyens volontaires sur un mode open source, portée par des ressources publiques, aura pour vocation d'accueillir toutes les initiatives et les concertations collectives, y compris les référendums d'initiative citoyenne si le principe est instauré. Son algorithme sera public. Ses dirigeants seront identifiés et soumis au vote, comme le maire et son conseil dans nos municipalités territoriales. Facebook Inc. continuera d'exister. Mais en dehors de notre espace politique.

 

Cette place du village à la mode numérique ne résoudra pas tous les problèmes, comme un coup de baguette magique, mais elle nous permettra de contrôler par nous même nos données et nos décisions, dès lors que notre destin collectif est en jeu.

 

Tout reste à faire.

 

Nous devons bâtir de toutes pièces la logistique du pouvoir de demain.

 

Nous devons réapprendre à vouloir notre devenir.

 

Emmanuel Cauvin, le 30 décembre 2018

https://www.cairn.info/publications-de-Emmanuel-Cauvin--70680.htm

 

 

Sources :

Révolution dans la nouvelle cité électronique (article paru dans Le Débat 2011/5 (n° 167).

ROoL : un projet pour la France, dans le monde entier (30 décembre 2014).

Nationaliser Windows ? 25 novembre 2008

 

VOS COMMENTAIRES CI-DESSOUS :

 

Partager cet article

Repost0

commentaires